Vieillir

Avatar du membre
Octavienne

@Kurmad @Linecmag J'ai pu avoir cette sensation de passer à côté de plein de trucs...
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

Cette sensation de passer à côté de pleins de trucs, elle est créée de toutes pièces par la société. J'ai une liste longue comme le bras de lieux communs de l'adolescence que je n'ai jamais connus quand j'étais moi-même ado (du genre les sorties avec des potes, les premiers émois amoureux, etc...), cette sensation est donc venue très jeune pour moi.

Maintenant, je suis beaucoup plus serein avec ça, je me dis que quoi que je fasse, j'aurais des regrets sur mon lit de mort, donc perdu pour perdu, je me mets pas la pression pour "vivre à fond".
Si ton tonton tond un chasseur sachant chasser sans son chien, les chaussettes de l'archiduchesse se dépetibotdebeurreriseront.
Avatar du membre
Chocovore

J’ai plusieurs fois hésité à alimenter la discussion, mais j’avais finalement à chaque fois effacé mes brouillons.
Cette fois ci je sens qu’il devient de plus en plus difficile d’être jeune.

Déjà, à mon prochain anniversaire il faudra écrire mon âge en commençant par le chiffre 4.
Prise de conscience irréversible
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

Physiquement j’ai de la chance : Comme du coté de ma mère je n’ai pas de rides visibles et comme du coté de mon père j’ai beaucoup de cheveux et pour l’instant aucun n’est encore blanc.
Je suis encore en forme. Bien sûr je n’ai plus le rapport poids/puissance de l’époque où je faisais des compétitions de natation mais je n’ai pas à me plaindre.
Avatar du membre
Kurmad

C'est hyper intéressant de vous lire, merci pour vos témoignages :top:.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

J'ai eu une grosse crise de "je passe à côté de ma vie" vers mes 25 ans. C'était un peu vrai : en couple depuis mes 17 ans j'étais dans un cdi plan-plan sans perspective d'avenir. Et je me suis vraiment bougé et j'ai vécu des vraies aventures. Depuis je suis de retour à la vie plan-plan avec pas le même mec, mais c'est choisi pas subit, et j'ai vraiment l'impression d'en profiter.

Je me souviens de ta pub @Chocovore !
Moi c'est cet article qui m'a fait un électrochoc, et depuis, j'y pense au moins une fois par mois :
https://www.legorafi.fr/2021/12/01/sur- ... ntreprise/
Avatar du membre
Soulsight
Localisation : A côté de sa hache

@Chocovore
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
Obrigada

@Chocovore et @Soulsight Nous avons le même âge :clin: Et comme vous je vois bien que je ne suis plus si jeune... Il y a 3 ans, j'avais eu un choc en apprenant le divorce d'une amie d'études, pas tellement pour la fin de son couple mais en me disant que j'étais assez vieille pour avoir des amis divorcés après avoir eu l'époque où chacun construisait son couple, accueillait des enfants... maintenant c'est moi qui suis sur le point de divorcer :erf: et j'associe un peu ça à la "crise" de la quarantaine...
A chaque décès, en plus de pleurer la personne partie, je me demande ce que moi je laisse, ce que je construits... et vu qu'en ce moment je détruit plutôt ma famille, je me demande quelle place auront ces 13 années de couple dans mes souvenirs. Elles sont importantes mais si je n'ai plus personne avec qui les partager, qu'est-ce que ça vaut ?
Certains souvenirs ou expériences marquantes que j'ai plaisir à partager datent finalement de presque 20 ans :oo: Et si j'ai démarré ma vie pro assez tard, avec quelques aléas, cela fait quand même 9 ans que je travaille au même endroit, et oui on ne le réalise qu'en fêtant les changements de dizaine ou en réalisant que les enfants qui était ado sont adultes, que les bébés nés entrent au collège ou presque, etc.

J'ai beaucoup de cheveux blancs que j'aime laisser naturels, mon corps bien que mince est flasque et marqué par mes grossesses et allaitements... et du coup, je m'interroge sur ma possibilité de plaire à quelqu'un qui ne m'aura pas connu jeune de corps et d'esprit... Je sais bien que 40 ans ce n'est pas si vieux mais notre société prône quand même beaucoup le jeunisme, surtout pour la séduction. (ceci dit, mon collègue crush de 40 ans a le visage assez marqué de rides et je trouve ça très charmant)

J'ai aussi eu un petit choc quand j'ai réalisé que ma jeune baby-sitter de 18 ans était plus proche en âge de mon ainée (9 ans) que de moi... et que donc elle persiste à m'appeler Madame parce qu'à ses yeux, je suis une madame, toute aussi sympathique que j'essaye d'être.
Mais nous sommes tous le vieux de quelqu'un et je jeune d'un autre... je repense à ma grand-père qui a 90 ans parlait des "petites jeunes filles" en parlant de femmes dans la quarantaine
:yawn:
Modifié en dernier par Obrigada le ven. 05 juil. 10:20, modifié 2 fois.
Avatar du membre
Soulsight
Localisation : A côté de sa hache

@Obrigada
Tu réponds à ta propre question !
Comment peux-tu plaire à quelqu'un si la vie t'a marquée... Alors qu'un homme marqué te plait ? Bah, de la même manière, non ? Si cela va dans un sens, pourquoi cela ne serait-il pas possible dans l'autre ?

Ce n'est pas parce que la société préfère la jeunesse, que l'individu suit la même tendance. Au quotidien, on voit bien qu'on a des kilo en trop, des seins qui tombent, des ventres qui gonflent, des rides et des cernes, des crânes dégarnis et grisonnant, etc... On n'a pas accès aux mannequins photoshopés issus des magazines, et celui qui a compris que ce n'est qu'un rêve illusoire, trouvera une femme marquée par le temps plus belle que le moule impersonnel des pages glacées.
En vérité, tu n'as pas besoin de sortir ta plus belle lingerie, tes gaines, ton décolleté plongeant, ta coloration capillaire, pour séduire. T'as le droit d'aimer porter des brassières en coton et avoir la peau un peu flasque. T'es pas moins belle qu'une jeune. D'ailleurs, j'aime bien les cheveux grisonnants, ça un charme fou pour moi, t'es forcément plus belle comme tu es :jv:
Avatar du membre
Octavienne

Tout à fait d'accord pour la séduction même passé un certain âge ! Je pense qu'on est naturellement intéressé par des partenaires potentiels d'un âge proche du sien. Je trouve parfaitement canons des hommes des 45-55 ans. Oui il y a les marques du temps mais aussi les marques du caractère, bon ou mauvais et c'est très révélateur.
D'ailleurs, ça me conforte dans l'idée que c'est assez malsain chez certains hommes de rechercher des partenaires ayant vingt ans de moins. Personnellement, je ne suis pas attirée par les jeunes hommes dans la vingtaine, ils sont trop lisses ! Je peux admirer mais pas envisager sérieusement un rapprochement. Attention, je ne dis pas que de jolies relations ne peuvent avoir lieu malgré la différence d'âge, mais bien de la recherche systémique de "plus jeune" (aussi plus naïve, plus docile...).

Je suis tombée sur une photo au travail datant d'il y a douze ans et je nous trouve effectivement plus fraîches dessus ! Honnêtement, je n'ai pas vu l'équipe vieillir autour de moi.
Avatar du membre
Chocovore

@Soulsight
Je me reconnais ce que tu vis.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

@Obrigada
J’en avais finalement pas parlé dans mon premier message, mais d’une certaine manière, je comprends de moins en moins Léonardo Dicaprio. Je trouve aux femmes de mon âge un charme que je ne retrouve pas chez celles qui sont bien plus éloignées.

Mais je pense que c’est parce que j’ai du mal à me connecter aux personnes qui n’ont pas du tout les mêmes enjeux de vie que moi (et que l’âge en est un des facteurs).
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

Et l’année prochaine il se sera écoulé autant de temps depuis notre naissance qu’il n’y en a entre la fin de la seconde guerre mondiale et notre naissance. :vieux:
Avatar du membre
Obrigada

@Chocovore Merci pour ton témoignage d'homme. :classe:
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
ODeray
Bébétincelle
Bébétincelle

J'aime beaucoup vous lire sur ce sujet !

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

 
Avatar du membre
Indiana

Votre conversation est très intéressante ! Je ne me sens pas encore super concernée (encore un an avant la trentaine, pas d'enfants, très sportive donc corps "jeune et en forme"). Même si effectivement l'entourage commence à beaucoup avoir mariage et enfants et qu'on sent donc le passage de ce nouveau stade.

Ce qui m'interpelle le plus (parmi d'autres sujets, passer à côté des choses de son âge, laisser derrière soi ou pas, mais j'ai pas le temps d'élaborer), je me reconnais surtout sur ce que dit @ODeray

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
Forenpom

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
Portnawak

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
ODeray
Bébétincelle
Bébétincelle

@Portnawak
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
Avatar du membre
Armus

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

 
Avatar du membre
Albert

J'ai 40 ans, je suis totalement perdue dans ma vie.

Petite, j'imaginais que la vie d'adulte formait comme des rails, sur lesquels on s'enclenchait à la fin des études, et que l'avenir était tout tracé et ne laissait pas la place au moindre questionnement. Ca me paraissait très bien. Mes parents sont des personnes très posées, cela m'a certainement inspiré cette vision.

Bien sûr, il n'y a aucun rail, aucune direction. Depuis ma séparation en fin d'année dernière, je constate que je n'ai même plus de structure familiale qui me permette de me projeter. Mes jeunes enfants me prennent beaucoup de temps actuellement, mais d'ici 10 ans ils ne vivront peut être plus chez moi : je suis tétanisée rien qu'à cette idée, je suis incapable de me projeter sur un après. Je n'aime plus mon travail, mais j'ai peur d'en changer, car je suis trop vieille pour des postes de débutant et trop timorée pour des postes avec plus de responsabilité. Je n'aime pas mon appartement et j'aimerais changer de quartier, mais je n'ai aucune idée de là où je voudrais vivre, j'ai l'impression que je ne pourrai jamais retrouver des habitudes ailleurs. Et puis à quoi bon chercher un logement qui convienne aux enfants, alors qu'en l'espace d'un battement ils ne seront plus avec moi ? J'en suis limite à me dire que si je devais déménager, ce serait dans un appartement qui fasse pour ma retraite.

Des fois je me dis que c'est exactement ce qu'on appelle la crise de la quarantaine, mais j'avais l'impression que cette crise donnait envie de faire autre chose, de tenter des expériences. Personnellement je suis dans une phase où je suis insatisfaite de toute ma vie, mais sans concevoir des projets pour en changer. Je ne vois pas en quoi l'avenir pourrait être appréciable, c'est tout sauf constructif. 

A côté de ça, les changements physiques me paraissent vraiment comme étant la partie facile, s'il n'y avait que ça je m'en accommoderais bien.
Répondre