ECM trans

Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

Je suis effondré devant la vague de lois destinées à persécuter les personnes trans, mais aussi toutes les autres minorités, qui naissent en ce moment aux USA. À peine avaient-elles gagné quelque droits et un semblant de visibilité qu'elles se prennent un backlash sacrément hardcore.
Boule à traumatismes.
Check my non-privileges: neuroatypique (autiste, troubles anxieux, dépression, phobie sociale, TSPT, hypersensibilité et TDA probables), bisexuel.
Avatar du membre
Francesca

Bonjour!
Je m'excuse de poper comme ça. Une camarade me demande quelle asso LGBTQI* vous recommanderiez pour orienter des couples qui ont fait ou font leur PMA en Espagne mais vivent en France?
Etant donné l'enjeu, nous souhaiterions recommander un endroit safe.

merci de votre aide :happy:
C'est leviOsa, pas leviosaaaa

Feminazghûl adepte du lancer de figues molles
Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

En vaquant sur Kind Words (en gros, un "jeu" où le but est de confier ses soucis et envoyer un message gentil à ceux qui le font), je tombe sur le message d'une personne qui souffre de se faire mégenrer et deadnamer par pratiquement tout son entourage, et qui aimerait se sentir mieux, mais je sèche un peu. Quel conseil lui donneriez-vous ?
Boule à traumatismes.
Check my non-privileges: neuroatypique (autiste, troubles anxieux, dépression, phobie sociale, TSPT, hypersensibilité et TDA probables), bisexuel.
Avatar du membre
Izanami
Pronoms : Elle

@Merlu je suis pas bien placée pour répondre, mais je partage un truc que j'avais trouvé drôle (bon, dans la mesure où un tel truc peut l'être, vu qu'en soi c'est franchement déprimant) et qui semblait efficace. La contrainte c'est qu'il faut avoir un sidekick (ou le courage de le faire soi-même).

Une personne avait un frère trans et sa famille continuait à le mégenrer et utilisait son deadname pendant des années. Une année à un repas de famille cette personne a décidé de mettre un coup de klaxon (comme les trucs qui font un bruit horrible dans les matchs de foot) à chaque fois que quelqu'un utilisait le mauvais pronom/prénom. Apparemment en 1h le problème était réglé :yawn:
Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

@Izanami C'est plutôt inventif, mais assez risqué, ça peut avoir l'effet inverse si l'entourage est obtus.
Boule à traumatismes.
Check my non-privileges: neuroatypique (autiste, troubles anxieux, dépression, phobie sociale, TSPT, hypersensibilité et TDA probables), bisexuel.
Avatar du membre
Armus

@Merlu Ca dépend du contexte parce que là comme ça, cela dépend de quel âge à la personne (si elle vit encore chez sa famille etc) Mais je pense que dans ce cas là ce qui aide au mieux c'est de se rapprocher d'une asso LGBTQ où elle sera acceptée telle qu'elle est et surtout pourra élargir son cercle relationnel.
 
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Armus

Je reviens sur la pièce de théâtre "I, Joan", qui a fait polémique avec une Jeanne d'Arc non-binaire

Un article, pour ceux qui ne connaissaient pas 

Autant très personnellement j'ai du mal à voir Jeanne d'Arc en icône féministe autant trouve ça un peu décevant de devoir à tout prix faire d'un personnage historique de femme forte, un.e non-binaire, parce que c'est bien connu, les femmes cis ne peuvent pas être fortes et indépendantes.
Déjà qu'il y a très peu de figures historiques féminines aussi connues que Jeanne d'Arc, proposer un point de vue où on lui nie sa pleine et entière féminité, je trouve ça un peu agaçant.
J'ai mis spécifiquement cet article à dessein, parce qu'il soulève justement mon point de vue, malheureusement je ne peux pas lire la chronique dont l'extrait est tiré car je ne suis pas abonné au Telegraph.
Bref j'ai beaucoup de mal à voir en quoi changer le genre d'une personne connue peut servir la cause trans et/ou NB. Je précise que je suis ouvert à tout avis contraire au mien ^^
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Armus

Je lisais ce matin un article de Télérama intitulé : "Ce que les bonobos nous apprennent sur l'identité de genre". (réservé aux abos)

En gros le gars qui a étudié les bonobos en déduit que les comportements genrés sont aussi avant tout le fruit de la génétique avant des constructions sociales. (à Noter cependant que, même s'il ne se hasarde pas à l'expliquer, il ne nie pas la réalité de la transidentité).
Je trouve cet article intéressant parce que sur Mad je me rappelle d'une question qui était, si je me souviens bien, "Si l'identité de genre est une construction sociale, comment peut-on se sentir d'un genre ou un autre ?"
De ce que j'observe autour de moi c'est qu'il y a majoritairement beaucoup de personne cis qui sont contents d'être cis et qui adopte, inconsciemment ou non, des comportements liés à leur genre attribués à la naissance donc j'en ai déduis qu'on est en majorité animé par un désir sous jacent de reproduction de l'espèce, faisant qu'on adopte des comportements visant à attirer l'autre genre. Après on s'en accommode ou non, en s'en désolidarise plus ou moins, selon la personnalité, l'âge, l'orientation sexuelle, etc..
J'ai du mal avec l'idée de construction sociale uniquement parce que ça voudrait dire que toutes les personnes cis qui adopte un comportements liés à leur genre attribué à la naissance, sont des sortes de zombies conditionnés, incapables de se remettre en question.
Selon moi si l'identité de genre était une pure construction sociale, sans aucune influence animale, tout le monde (homme comme femme) se fringuerait comme un sac et auraient des activités aussi épanouissante que faire des mots croisés tout seul dans son coin.(à noter que ces exceptions existent mais ne sont pas la norme)
Par ailleurs, je pense aussi que le couple (et la famille par la suite), apporte un certain statut social, même si ce n'est pas forcément conscient là encore, ce qui peut motiver à chercher un.e partenaire.
Je ne sais pas ce que vous en pensez.  :hesite:
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Pamir

Je réponds depuis mon tel donc je vais pas trop developper mais je pense que c'est une combinaison des deux avec une petite base génétique (ou plutôt physiologique?) et une grosse base sociétale.

Je m'explique: déjà c'est sûr que les hormones entre autres, influencent notre comportement. Exemple facile: la testostérone et le niveau d'agressivité. Donc considérant ça, je me dis que oui, ça influence notre comportement et peut-être aussi par association, nos goûts et d'autres trucs.

Mais après je pense qu'une plus grande partie est basée sur les constructions sociales dans le sens où beaucoup de choses sont des goûts acquis plutôt que des goûts innés. Un exemple au hasardx: quelqu'un qui va aimer les échecs parce que son papy l'aura fait découvrir ce jeu et lui aura appris à y pendre goût alors qu'une autre personne non 'sensibilisée' et va trouver ça trop compliqué.

Ou bien le fait d'associer la couleur rose aux femmes. Clairement y'avait pas de peaux de mammouth roses chez les cro-magnon. C'est juste qu'à un moment on a décidé que cette couleur-ci serait associée aux femmes.

Et je pense que tous ces petits 'goûts' et comportements pré-définis par la société sont tellement intriqués (je sais pas si c'est français) et installés depuis des siècles ou millénaires que c'est difficile d'en prendre conscience. Et je suppose que les personnes cis qui ne contestent pas ces comportements de genre ne le font pas peut-être entre autres parce qu'ils n'ont pas eu l'occasion de découvrir et prendre goût avec un truc associé à l'autre genre et que du coup, rien n'est la pour déclencher une possible remise en question...
Avatar du membre
Kerdj

@Armus Il me semble que tu poses là la très complexe (et intéressante) question de la limite ou différence (ou non) entre identité de genre et "expression" de genre (il doit y avoir un terme adéquat que je ne connais pas). La limite entre je suis une femme/un homme/ a-genre/ fluide/.... et j'aime/je fais/ je pense/.... parce que je suis de tel ou tel genre.
On devrait toujours être un peu improbable (O. Wilde)
Avatar du membre
Asphodel

@Armus je n'ai toujours pas pris le temps de lire l'article, mais je ne trouve pas non plus très habile d'avoir rendu Jeanne d'Arc NB. Tout d'abord parce qu'encore une fois, ça renforce les stéréotypes que le grand public a tendance à attribuer aux personnes non-binaires : il y a déjà très peu de représentations, mais c'est à peu près toujours la même qui semble venir à l'esprit ou aller de soi.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

C'est dommage d'attendre des personnes non-binaires ("étrangement", surtout de celles qui ont un vagin) qu'elles cochent obligatoirement certaines cases de la masculinité pour exister en tant que telles. J'ai l'impression qu'on revient toujours un peu à mettre en compétition les personnes assignées femmes à la naissance, qu'elles soient cis ou NB, et à décider arbitrairement de leur valeur par rapport à des normes masculines. Je n'ai pas eu d'écho sur la pièce, mais je crains que ce soit une façon (maladroite et certainement involontaire) de remettre une pièce dans la machine à raccourcis hasardeux : elle serait NB parce que combative, courageuse, guerrière et leader. Que des stéréotypes associés aux hommes à travers les siècles. Comme s'il fallait, du coup, lui nier son identité de femme. C'est triste.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.

A mon sens, la fiction est le moyen privilégié pour faire passer des idées et servir de base de réflexion, puisque l'intérêt pour la non-fiction reste assez limité chez la plupart des gens (je ne dis pas ça par mépris, en dehors de 2 domaines isolés et qui ne sont pas directement en lien avec l'inclusivité, c'est mon cas aussi). Ce serait une bonne idée d'offrir un peu plus de représentations de la non-binarité (qui sont déjà très rares) pour permettre un déclic, détricoter des clichés qui peuvent être pesants pour tout le monde et sans que ça n'enlève quoi que ce soit à la force de caractère des femmes cis ou à la légitimité de qui que ce soit.

J'ai de toute façon du mal avec la récupération facile et la distortion de personnages historiques à des fins politiques, souvent en dépit du bon sens. Jeanne d'Arc est devenue autant l'icône de la communauté queer et des féministes au sens large que de l'extrême droite. Pourquoi ne pas créer ses propres personnages queer, quitte à les inclure dans une certaine réalité historique si on veut signifier que la non-binarité a toujours existé ? Bref, ça part d'une bonne intention mais je trouve l'idée un peu paresseuse à tous les niveaux. Stop aux fanfics sur les figures historiques.
"Normal is an illusion. What is normal for the spider is chaos for the fly."
Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

Un nouveau docu sur la transidentité vient tout juste de sortir. J'ai certes des à-prioris positifs connaissant le journaliste qui le présente, mais je sais que la plupart des docu sur la transidentité sont éclatés au sol, y compris ceux dont les producteurs sont pourtant réputés. J'aimerais avoir l'opinion de concerné.e.s sur celui-ci.
Boule à traumatismes.
Check my non-privileges: neuroatypique (autiste, troubles anxieux, dépression, phobie sociale, TSPT, hypersensibilité et TDA probables), bisexuel.
Avatar du membre
Armus

ça dit vidéo non dispo...
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Merlu
Localisation : Devant ton nez
Pronoms : il

Boule à traumatismes.
Check my non-privileges: neuroatypique (autiste, troubles anxieux, dépression, phobie sociale, TSPT, hypersensibilité et TDA probables), bisexuel.
Avatar du membre
Armus

Je n'ai pas eu le courage de regarder le débat en deuxième partie mais j'ai trouvé le documentaire tellement vide. Et irrespectueux.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.


Ça a été traité avec un manque total d'empathie, avec focus sur les familles, et franchement il y avait mieux à dire.
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Equinoxe

Dites, les gens qui ont transitionné, vous seriez ok de me partager votre parcours en mp?  :ninja:

ça fait plusieurs mois que je me pose des questions sur mon genre et régulièrement j'ai envie de transitionner, et ce matin c'est particulièrement fort mais je sais pas trop par quel bout commencer  :sweatdrop:
Avatar du membre
Asphodel

@Equinoxe ça dévie un peu de ta demande initiale, mais je ne sais pas si tu connais la chaîne YouTube d'Alistair : H Paradoxæ ? Il y aborde son parcours, la question de la transition médicale (ou non) et différentes étapes. Tu peux retrouver ses vidéos sur le sujet dans cette playlist.
Ce n'est pas de la pub déguisée et je ne le connais pas, mais j'ai pensé que son contenu pourrait peut-être t'aiguiller un peu.
"Normal is an illusion. What is normal for the spider is chaos for the fly."
Avatar du membre
Equinoxe

Merci @Asphodel Je vais aller voir ça  :happy:
Avatar du membre
Armus

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent voir ce contenu.
je suis d'Ailleurs.
Avatar du membre
Significant Otter
Pronoms : iel/il

@Armus :calin: si tu veux
N’hésite pas à venir vider ton sac par ici, où tu auras des oreilles (yeux?) attentives et éventuellement des renseignements /conseils si c’est ce que tu cherches :fleur:
Répondre