La quête spirituelle et ses aléas

Répondre
Avatar du membre
Léti

Je viens trois siècles plus tard, mais merci, Armus, pour ce témoignage (même si j'ignore ce que c'est que l'éveil sauvage de la Kundalini).

De mon côté, j'ai été élevée par une mère catholique et un père athée. Mon ex-mari est protestant/agnostique. J'ai eu une période très croyante dans mon adolescence, et par la suite, on va dire que j'ai vécu dans une sorte "d'agnostisme mou", je veux dire par la là que je ne savais/sais pas trop si Dieu existe, que c'était une question que je savais intéressante mais qui était éloignée de moi.
Aujourd'hui, je vis une rupture douloureuse avec ce fameux ex-mari et je ressens un besoin de spiritualité. Sauf que je n'ai pas envie de me tourner vers l’Église, je ne crois pas du tout assez en un Dieu quelconque pour me sentir prête ne serait-ce qu'à commencer un chemin en ce sens. De moi-même, je me sens un peu animiste, j'ai plutôt envie de prier les esprits de la forêt, les protecteurs du foyer, voire le Seigneur Totoro :langue: Pour l'instant, j'en reste là, mais je sais aussi que prier seul a ses limites. J'ai tout un chemin à faire. Je suis consciente, par exemple, que je prie "parce que j'en ai besoin" et pas "parce que j'ai la foi", ce qui est prendre le problème à l'envers. Mais chaque chose en son temps, et je vais avancer peu à peu dans ma réflexion et ma recherche.
Répondre